ACTUALITÉS
9 avril 2012
Communiqué du 9 avril du Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie

Des milliers de citoyens sont descendus dans la rue le lundi 9 avril 2012 au matin, pour célébrer pacifiquement la journée des Martyrs de l'avenue Habib Bourguiba dans la capitale, et ce à l'appel de nombreux partis politiques, associations et acteurs de la société civile. Mais les forces de police les attendaient. Elles ont chargé avec une répression et une férocité qui ont dépassé la barbarie et la brutalité que pouvaient rencontrer les manifestations durant l'ère de Ben Ali.

Les forces de police, en très grand nombre et appuyées par des éléments de milices civiles soupçonnées d'appartenir à un des partis de la troïka au pouvoir, ont tenté d'empêcher les citoyens de s'engager dans l'avenue Habib Bourguiba, et utilisé d'importantes quantités de gaz lacrymogène d'une nouvelle génération qui nuit gravement à la santé. En plus de cela, les forces de police sont intervenues en matraquant, cognant, insultant et humiliant de toutes les manières possibles et sans distinction les manifestants, hommes, femmes et enfants, activistes et militants de la société civile, journalistes, dramaturges et députés de l'Assemblée Constituante confondus. À la suite de ces attaques, un grand nombre de personnes ont présenté des hématomes et des fractures, beaucoup se sont évanouies et plusieurs ont été arrêtées.

Face à ces graves développements, le Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie:

  • Condamne ces pratiques répressives féroces, exige avec force la poursuite judiciaire des personnes impliquées dans la mise en oeuvre et l'exécution de cette répression.
  • Invite l'Assemblée Nationale Constituante, en tant que seule autorité légitime, à assumer ses responsabilités et à prendre les mesures nécessaires quant à l'attitude du gouvernement et du ministre de l'Intérieur.
  • Renouvelle son engagement pour le droit des citoyens à exercer leur droit de manifestation et expression pacifiques où ils le souhaitaient, y compris dans l'avenue Habib Bourguiba.
  • Exprime son soutien et sa sympathie avec les victimes de la répression et appelle à la libération immédiate et sans condition des personnes arrêtées.
  • Avertit le peuple tunisien de la gravité de la situation que traverse le pays et de la tentative évidente que le Gouvernement semble mener de ce fait pour un retour aux conditions d'avant la révolution et ce à tous les niveaux, politique, économique et social.
  • Porte sur le gouvernement l'entière responsabilité dans tout ce qui s'est passé et ce qui pourrait arriver en conséquence de cette politique hostile à la liberté, à la justice sociale et à la dignité nationale.
  • Invite toutes les forces progressistes et démocratiques, partis, organisations, associations, militants, et les masses populaires à consolider les rangs contre ces orientations en totale opposition avec les intérêts du peuple et à poursuivre avec détermination la lutte pour la liberté, la dignité et la justice, et tous les objectifs de la révolution.
Vive la lutte du peuple tunisien.
Non à la répression, non à la tyrannie.
Pour la réalisation des objectifs de la révolution.

Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie
Tunis, le 9 avril 2012

(Texte traduit par nos soins - PCOF)