Faire du 12 une démonstration de force

Macron complice affiché des politiques réactionnaires de Trump et Netanyahou !
19 juillet 2017

Faire du 12 une démonstration de force

Depuis la publication du contenu des ordonnances, les réactions de colère se multiplient. Il faut dire qu’au fur et à mesure que les militants découvrent les détails de ces textes, au fur et à mesure que les spécialistes du droit du travail les décortiquent et pointent les conséquences de chacun des articles, il apparaît qu’il s’agit d’une profonde réécriture du code du travail. Le point central qui s’affirme de plus en plus, c’est que précisément, il n’y aura plus de code du travail, un socle de droits des salariés, s’appliquant à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, leur secteur d’activité, quel que soit le nombre des salariés…

Nous savons bien qu’il y a déjà des dérogations multiples, des aménagements de tous ordres, que le patronat a réussi à imposer depuis des années. Mais ce qui change, c’est que la loi dit que tout, ou presque, pourra être négocié, que ce soit au niveau des branches ou des entreprises et les deux à la fois. Les travailleurs et les syndicats ne pourront plus refuser de négocier en mettant en avant les minima légaux contenus dans le code du travail en dessous desquels le patronat ne pouvait pas aller. Dans de très nombreuses entreprises, le patron pourra décider tout seul sur quoi il veut « négocier » et avec qui, étant donné qu’il pourra le faire avec un salarié qui ne représente que lui-même, sans engagement syndical et sans qu’un syndicat puisse désigner un représentant.

Face à cette attaque, la mobilisation pour les manifestations du 12 septembre grandit. Les diffusions de tracts, les discussions, les informations en direction des salariés se multiplient.

La résistance qui s’organise doit se prolonger par le renforcement du syndicalisme de lutte, le renforcement de l’organisation syndicale, comme moyen pour défendre les intérêts collectifs des travailleurs.

Le discours de la direction de FO commence à évoluer vers une opposition plus affichée, avec une rencontre prévue avec la direction de la CGT.

La direction de la CGT avance déjà l’idée d’une initiative après le 12.

Il faut donc travailler à faire de cette première journée de mobilisation un grand succès.

Il faut faire une démonstration de force face à Macron.

 

Tensions accrues avec la Corée du Nord

Dans notre journal de septembre nous donnons notre appréciation sur la montée des tensions entre les grandes puissances et la Corée du Nord.

Le régime de Corée du Nord est en passe de se doter de l’arme nucléaire. Si certains dirigeants continuent à brandir la menace d’une intervention militaire, qui, comme le dit Trump, n’exclut pas les frappes nucléaires, de plus en plus de commentaires vont dans le sens de l’impossibilité d’une telle réaction. Tous sont pour le renforcement des sanctions, mais ils devront se rendre à l’évidence : il n’y a pas d’autre solution que la négociation politique directe avec le régime nord coréen, négociation qui doit comporter des engagements en matière de retrait des troupes étrangères de la péninsule coréenne et dans les mers. On en est loin !