L’unité autour de la République, de Macron et Castex, est l’unité autour du Capital

15 juillet 2020
Sainte Sophie (Hagia Sophia) ne peut être utilisée à des fins politiques
17 juillet 2020

Avec le discours de « politique générale » Castex le 15 juillet devant le parlement et le lendemain, devant le Sénat, le « cycle » du changement de gouvernement s’achève.

Il a été piloté de bout en bout par Macron, qui l’a initié par un article dans la presse régionale, au lendemain des élections municipales, suivi par le dégagement de Philippe, qui lui faisait trop d’ombre et l’annonce de son remplacement par Castex, qui vient des LR et qui a déjà officié à des postes de responsabilité, sous Sarkozy et Hollande. Le gouvernement une fois constitué, Macron a encore tenu à intervenir le 14 juillet, à la veille de l’intervention de politique générale de Castex, pour « tracer le cap ».

Le « cap » est sans cesse réaffirmé, celui mis en œuvre depuis 2017, un cap en faveur des monopoles, des riches, des gros actionnaires. Depuis la crise sanitaire et la crise économique, ce ne sont qu’annonces de milliards pour les entreprises, de baisses d’impôts et mesures d’une flexibilité de très grande ampleur, associées à un chantage permanent à la baisse des salaires.

Ce cap néolibéral est celui que met notamment en œuvre Le Maire, dont les prérogatives ministérielles ont été étendues. C’est celui des décisions du « Ségur » de la santé, qui donne un coup d’accélérateur à la flexibilité des horaires, de l’individualisation et la mise en concurrence à tous les niveaux, avec le renforcement du pouvoir des gestionnaires des hôpitaux et des services. Le 14 juillet, des milliers de manifestants sont sortis dans la rue pour affirmer leur détermination à poursuivre la mobilisation pour arracher les augmentations de salaires, des moyens humains et matériels, et pour dénoncer la poursuite de la gestion de l’hôpital avec les critères et les méthodes de la rentabilité capitaliste.

Trois décisions doivent être soulignées.

La première concerne la nomination de deux ministres à des postes-clés : Darmarin à l’Intérieur et l’ex avocat Dupont Moretti. Si ce dernier est connu pour ses provocations et ses discours mis en scène pour lui assurer une notoriété et des revenus substantiels, il a également tenu des propos sexistes qu’il n’a jamais remis en cause et qui ont traduit davantage sa propre conception rétrograde de la place de la femme dans la société que des effets de manche lors de procès dans lesquels il défendait des personnalités poursuivies pour viol.

Le cas de Darmarin est encore plus grave, car il fait l’objet d’une plainte pour viol, alors qu’il est à la tête du ministère de la répression  et de la surveillance.de la contestation sociale.

Depuis ces nominations, les dénonciations et les mobilisations se succèdent, pour exiger le départ de ces ministres. Macron répond par le respect de « la présomption d’innocence » et maintient sa confiance à Darmarin.

La seconde, c’est l’insistance mise sur le rôle des « partenaires sociaux », sur l’importance des élus et des collectivités locales, investies du rôle de mettre en œuvre les orientations fixées par Macron. C’est le rôle de Castex qui surjoue la « main tendue » aux collectivités locales et aux partenaires sociaux, exaltant la « république des territoires ».

La troisième, c’est l’ajout systématique de la « dimension écologique » à tout bout de champ, tout en poussant à la « relance » à coups de milliards versés aux monopoles.

Lors de son discours de politique générale, Castex a lourdement insisté sur la défense de la République, face « au terrorisme, l’islamisme radical, les groupes ultraviolents » et par un soutien très appuyé aux forces de l’ordre. Darmarin lui a déjà emboité le pas en multipliant les visites aux commissariats. C’est une déclaration de guerre contre toutes celles et ceux qui dénoncent les violences policières.

Macron et le gouvernement veulent afficher leur maîtrise de la situation économique et leur volonté « d’ouverture » et de « décentraliser » pour libérer les énergies. Mais ils sont visiblement très inquiets des conséquences, en termes de contestation sociale, de la flambée du chômage, dans pratiquement toutes les branches, qui touchent toutes les catégories de travailleurs et travailleuses, en particulier les jeunes.

Ils ont échoué à créer une « unité nationale » dans la guerre contre le Covid : ils échoueront aussi à créer une « unité nationale autour de la République », qui est une unité autour des entreprises, des patrons, du système capitaliste impérialiste.