Sur le retrait de l’asile de J. Assange

Supra (Obernai) : non aux licenciements
4 avril 2019
Les manifestations du 13 avril, pour le droit de manifester et contre la loi anti « anti-casseurs »
14 avril 2019

Nous publions la prise de position d’Unité Populaire d’Équateur, sur la décision du gouvernement de lever l’asile politique de J Assange, fondateur de Wikileaks, réfugié depuis 2012 à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il a été arrêté dans l’ambassade par la police britannique et mis en détention, au nom de la condamnation pour non respect de la liberté conditionnelle, suite à la plainte pour abus sexuels et viols déposée en Suède. Il fait également l’objet d’une demande d’extradition de la part des USA, pour « piratage » d’informations sur agissements de l’armée US durant les guerres d’Afghanistan et d’Irak, informations recueillies par Manning, analyste militaire US.

Quelles que soient les motivations d’Assange, ses liens avec la Russie de Poutine, la question de fond est celle de la volonté des dirigeants politiques et militaires US de lui faire payer les révélations sur les centres de tortures et autres pratiques du corps expéditionnaire US en Afghanistan et en Irak.

Unidad Popular (Unité populaire) sur le retrait de l’asile de Julian Assange

Le retrait de l’asile du militant Julian Assange par le gouvernement de Lenin Moreno montre sa soumission totale à la politique étasunienne, à ses desseins et à ses intérêts géopolitiques. C’est Mike Pence lui-même, vice-président des États-Unis, qui, en juin 2018, en visite officielle dans notre pays, a demandé au Président Lenin Moreno de mettre fin à l’asile de Julian Assange.

Unidad Popular rejette cette mesure, qui n’est que le prolongement de la soumission, déjà manifeste à travers la signature d’une lettre d’intention avec le FMI (Fonds monétaire international) et la signature prévue de l’ALE (Accord de libre-échange).

Julian Assange est un activiste qui a dénoncé, à travers Wikileaks, les atrocités et les violations permanentes commises par les États-Unis en Irak et en Afghanistan. Le retrait de l’asile constitue également un grave coup porté à la liberté d’expression et aux droits de l’homme.

Direction nationale d’Unidad Popular

Quito, le 11 avril 2019