Des milliers de manifestants de la santé et du social dans les rues le 11 janvier. Echos de Toulouse, Pau, Lyon,Tours…

Nos vœux pour 2022
2 janvier 2022
La Forge de janvier 2022 est en vente
13 janvier 2022

Toulouse

5000 personnels de la santé et des organismes sociaux ont répondu à l’appel de la CGT et  Solidaires ; étaient présents également des militants d’organisations politiques venus soutenir : PG, NPA, LO, FI, PCF et de notre parti.

Parmi les manifestants beaucoup de jeunes femmes investies dans ces domaines du soin aux personnes ; à noter la présence de personnels grévistes de l’hôpital des enfants et un fort contingent des moniteurs éducateurs de jeunes enfants en situation de handicap notamment l’ASEI*. Un mois après le succès du mouvement le 7 décembre ils et elles étaient à nouveau mobilisé-e-s autour de leurs revendications : augmentation des salaires et des moyens humains. Une manifestation combative.

Cette manifestation, la première de l’année s’inscrit dans la longue liste des mouvements sociaux des semaines précédentes ou dans ceux qui sont à venir :

Jeudi ce sera au tour des personnels de l’enseignement, grosse journée en perspective, auxquels se joindront les ATSEM* et les personnels techniques des collectivités territoriales ainsi que les finances publiques actuellement en grève. A signaler aussi la grève depuis 3 semaines des éboueurs qui sont dans un bras de fer avec les pouvoirs publics,Toulouse, Muret, pour refuser l’augmentation du nombre d’heures annuelles avec baisse de salaires, menaces de privatisation et répression des militants.

Tout cela contribue à laisser penser que la journée interprofessionnelle du 27 janvier sera de grande ampleur.

Des militants de notre Parti étaient présents avec drapeau et journal ; ils ont diffusé le tract du Parti. Au long de la manifestation des amis étaient aussi présents.

ASEI : Association pour la Sauvegarde des Enfants Invalides

ATSEM : Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles

Pau : plus de 400 manifestants pour la défense du secteur social et médico-social, pour un système de santé accessible à tous.

Ils étaient plus de 150 à s’être rassemblés devant le siège de l’ADAPEI 64, sous la tonnelle de leur syndicat CGT. Les travailleurs du social et médico-social étaient déjà mobilisés en début de matinée. Café, discussions, signature de pétition et intervention du représentant syndical CGT ont rythmé cette mobilisation. C’est avec force que le délégué syndical CGT de l’ADAPEI a rappelé la forte mobilisation actuelle derrière des revendications essentielles : l’extension du Ségur à tous tout en réaffirmant l’exigence d’une augmentation nette de 300 euros, la levée du gel de la valeur du point, une convention collective unique de « haut niveau ». Il a aussi estimé vital « l’abandon de la tarification à l’acte » car « l’accompagnement des personnes en situation de handicap ne saurait devenir un business chiffrable et quantifiable ». C’est justement pour ce type de raison que nous estimons que la santé est l’affaire de tous les travailleurs et qu’il faut se mobiliser pour défendre la gratuité aux services de santé. Le discours syndical a été conclu d’un rappel concernant la lutte : ce n’est que par elle, et pas dans la multiplication des conférences « sociales », que nous pourrons obtenir des conquis, il ne faut donc pas lâcher l’affaire et continuer à se battre.

L’ensemble des travailleurs de la santé se sont retrouvés devant la préfecture, plus de 400 personnes. Le cortège s’est élargi des travailleurs de l’hôpital, des métiers du travail social (éducateur spécialisé) La CGT Santé a rappelé l’urgence de mener le combat pour les salaires, les conditions de travail, les moyens, la gratuité d’accès pour un système de santé répondant aux besoins de tous. Le cortège a ensuite déambulé dans les rues de Pau.

Notre parti était présent pour soutenir les soignants et distribuer son tract. Le PCF et Libertat avaient aussi mobilisé.

Lyon : de l’argent pour l’hôpital public

Quelque 1000 personnes des secteurs de la santé et du médico-social ont manifesté à Lyon, pour demander « du fric pour l’hôpital public et le social; pas pour le capital ».

Infirmières, aides-soignantes, sages-femmes, manipulateurs radio, éducateurs spécialisés, personnels du médico-social… elles et ils ont manifesté à l’appel des syndicats CGT et SUD.

Outre les revendications salariales, elles et ils exigent également des postes supplémentaires, l’arrêt des fermetures de lits ou de services. 

Tours

Une nouvelle journée de mobilisation nationale intersyndicale rassemblant le social , le médicosocial et la santé avait lieu ce 11 janvier2022. A Tours 600 professionnel.les, étudiants en santé ou social et usager.ères ont participé.

 La situation est tellement tendue au-delà du supportable que ceux ou celles qui sont  venu.es ne forment que la partie encore debout de ces professions. La majeure partie venait du social et du médicosocial réclamant notamment les 183€ pour ceux et celles qui en ont été exclu.es . Il y a eu un arrêt devant l’hôpital des enfants Clocheville dans lequel une grève est en cours pour plus de personnel.

Au CHU de Tours la directrice a annoncé dernièrement la fermeture de 60 lits supplémentaires pour faire face à l’augmentation des patients du COVID et la pénurie de personnel lui-même touché. Les restructurations qui continuent malgré tout, prévoient pour l’heure des coupes sombres dans la psychiatrie.

Le tract du PCOF »Solidarité avec les travailleurs de la santé et de l’action sociale » a été distribué.