Une rubrique pour dire « Non à la guerre en Ukraine » : analyses, prises de positions…

Deliveroo condamné pour « travail dissimulé »
20 avril 2022
Notre tract pour le 1er Mai, à télécharger
26 avril 2022

Pourquoi cette rubrique ?

Le 24 février, l’armée russe a engagé une guerre de grande ampleur contre l’Ukraine. « L’opération spéciale » selon la terminologie des dirigeants du Kremlin, a provoqué une guerre dans laquelle les USA et leurs alliés membres de l’Otan, s’engagent de plus en plus. Selon le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, cette guerre aurait fait, au 11 avril 2022, 1842 tués et 2493 blessés, des chiffres qui n’ont évidemment rien de définitif. Plus de quatre millions d’Ukrainiens –iennes se sont réfugiés hors de leur pays et six ont dû quitter leur habitation, devenant des « réfugiés de l’intérieur ». Les importants dégâts matériels sont surtout provoqués par les bombardements de plusieurs grandes villes et de certaines régions, comme celle du Donbass.Les informations sur cette guerre sont difficilement vérifiables, du fait des restrictions mises par les autorités ukrainiennes et par celles de Russie, dont les médias officiels et officieux ont été « interdits » de diffusion par l’Union Européenne.

Cette guerre qui se mène au centre de l’Europe provoque dans le mouvement ouvrier et populaire, au niveau national et internationale, des réactions et des prises de position diverses, qui vont de la condamnation unilatérale de la Russie à des positions plus nuancées, qui mettent aussi en cause les USA, l’Otan, les Etats impérialistes occidentaux…

Notre parti a pris position dès le 24février, « Ukraine : non à la guerre impérialiste réactionnaire ». Il a participé aux rassemblements qui disaient « non à la guerre en Ukraine », à Paris et en province, il a signé et fait connaître la position de la Conférence Internationale des partis et Organisations marxistes léninistes d’Europe… et a consacré plusieurs articles de son journal La Forge à cette guerre. Il a édité un autocollant « Non à la guerre de repartage impérialiste sur le dos de l’Ukraine ». La plupart de ces textes sont sur notre site, dans la rubrique « lutter contre la politique de guerre et la militarisation ».

Nous avons décidé de créer une rubrique spécifique pour faire connaître des positions qui vont dans le sens de lutter pour mettre fin à cette guerre. Il y a des différences d’approche, d’appréciations, avec les positions que défend notre parti : celles qui nous font qualifier cette guerre de guerre de repartage impérialiste, menée par des puissances impérialistes, dont la Russie, mais aussi l’impérialisme français

Ainsi, certaines positions mettent l’accent sur le fait que la Russie aurait été obligée de se défendre d’une attaque des puissances impérialistes occidentales. Cela revient à nier la nature impérialiste de la Russie, à occulter les objectifs d’expansion de l’impérialisme russe, qui cherche à étendre sa zone d’influence et à contrer les visées expansionnistes des autres puissances impérialistes concurrentes. Cela renvoie à des questions de fond : la question de l’impérialisme : sa nature, sa définition, ses objectifs…, par delà les formes que prend la domination sur les pays et les peuples. Et le fait que l’impérialisme, en tant que système, implique la concurrence inter impérialiste, la lutte entre puissances impérialistes, entre monopoles.

Ces divergences sont évidemment essentielles, mais elles ne doivent pas nous empêcher de chercher des terrains d’accord pour faire grandir l’opposition à cette guerre, le front de tous ceux et celles qui veulent peser pour mettre un terme à cette guerre qui peut « déraper » en conflit direct entre les puissances impérialistes, dont plusieurs sont dotées d’armes nucléaires.

Nous sommes directement concernés, car les dirigeants de l’impérialisme français envoient de plus en plus d’armes en Ukraine, comme ces canons Caesar de triste renommée, pour avoir été utilisés en Irak, Syrie, au Yémen… Ils t encourage le gouvernement ukrainien à poursuivre la guerre… jusqu’où ? Comme le font également les dirigeants étasuniens qui poussent ukrainiens et les européens, membres de l’Otan, à s’impliquer toujours davantage dans cette guerre qui se livre à des milliers de km du territoire étasunien.

Les points sur lesquels nous pensons qu’il est possible de se retrouver et d’engager des actions concrètes, sont les suivants :

Dans l’immédiat :

  • l’importance de mettre en avant le mot d’ordre d’arrêt de cette guerre ;
  • l’arrêt des envois d’armes, de troupes ;
  • l’arrêt de la politique de guerre : tant que durera cette guerre, aucune solution politique n’est possible.

A moyen terme :

  • La nécessité de non seulement stopper l’expansion de l’Otan, mais d‘exiger la sortie de la France de l’Otan et lutter pour la dissolution de l’Otan.
  • Dénoncer et lutter contre la militarisation, l’augmentation des budgets d’armement, de s’opposer à la militarisation de l’UE, à la politique de « défense européenne ».

Liste des articles :

Nils Andersson : il n’y a pas de bons impérialistes, il y a des impérialistes

Ukraine II de Christian de Montlibert, Professeur émérite à l’Université Marc Bloch (Avril 2022)

Déclaration du mouvement pacifiste ukrainien contre la perpétuation de la guerre

Nils Andersson : il n’y a pas de bons impérialistes, il y a des impérialistes

Nous reproduisons le billet de notre ami, Nils Andersson, de son blog sur Mediapart, sur la guerre en Ukraine, le 13 mars.

Il a récemment publié un ouvrage : le capitalisme, c’est la guerre que nous conseillons à nos lecteurs

Le long cours de l’Histoire témoigne que la guerre est une réalité et que lorsque convoitises, tensions et contradictions sont à leur maximum, qu’il s’agisse de conflits internes ou de confrontations entre grandes puissances, la paix reste une utopie.

Longtemps, la guerre fut le fait des ambitions et des égos des empereurs et des rois utilisant des armées privées ou des mercenaires vivant de massacres et de pillages. La révolution industrielle démultipliant les moyens de tuer et de détruire, la naissance des États-nations qui introduit les peuples comme une composante manipulable jusqu’au « point de faire la guerre »[1] et la rationalité capitaliste dans l’organisation de l’usine et de l’armée, annoncent les guerres « modernes » – celles de la fin du XIXe siècle : conquêtes coloniales, mercantiles et génocidaires, avec le passage des comptoirs à l’occupation de territoires pour l’exploitation des sols et des populations et celles du XXe siècle où les contradictions entre puissances impérialistes, qu’il s’agisse de l’exacerbation des rapports concurrentiels entre les États, de volontés de domination et d’hégémonie, des frustrations et humiliations de l’Histoire, se résolvent par la guerre.

Le monde du XXIe siècle n’est plus celui du XXe, la contradiction majeure, idéologique, entre bloc occidental et bloc soviétique ayant été résolue par l’implosion d’une des parties, mais dans un monde bouleversé par la  mondialisation néo-libérale des contradictions intercapitalistes vont s’intensifiant et ce sont toujours l’exacerbation des rapports concurrentiels entre grandes puissances, les volontés de domination et d’hégémonie, les frustrations et les humiliations de l’Histoire, qui constituent les risques et causes de guerres. Les événements présents en témoignent dans toute la violence de leur intensité.

Il y a des causes à tous les conflits, précisément analysées concernant les deux Guerres mondiales. Au-delà de sa condamnation, comprendre, à chaud, c’est-à-dire dans l’ignorance de données majeures, le rationnel et l’irrationnel dans la guerre déclenchée en Ukraine serait hâtif, mais les raisons des tensions actuelles datent de plus de trente ans, ce qui donne le recul pour en interpréter les conséquences. Les causes historiques et géopolitiques de la crise ukrainienne sont multiples, elles tiennent au monde slave, aux déplacements des populations et des frontières au long de l’Histoire, à la Grande Russie et à l’Union soviétique…, mais les atlantistes portent la responsabilité de trois d’entre-elles. Deux sont post-guerre froide : le maintien de l’OTAN et son élargissement dans la partie orientale de l’Europe et les humiliations infligées à la Russie après la fin de l’Union soviétique, la troisième, résultant de l’émergence de nouveaux rapports de force dans le monde comme conséquence de la montée de nouvelles puissances non occidentales qui contestent plus de cinq siècles d’hégémonie des puissances européennes et des États-Unis imposant leur domination politique, économique, idéologique et militaire au reste du monde. [2]

Il convient de préciser le sens donné à « atlantiste ». Le mot s’applique aux gouvernements des États membres de l’Alliance atlantique (l’OTAN) et au courant politique et idéologique actif et influent qu’il représente aux États-Unis et en Europe. Le Traité de l’Atlantique Nord ratifié en 1949 s’inscrit dans la logique du discours de Fulton de Winston Churchill marquant le début de la guerre froide entre les puissances occidentales et l’Union soviétique, en réponse est signé, six ans plus tard, en 1955, par l’URSS et les pays socialistes de l’Europe orientale, le Pacte de Varsovie.

De la fin de la guerre froide à celle d’un monde unipolaire

La disparition de l’Union soviétique amenant celle du Pacte de Varsovie, logiquement l’adversaire désigné n’existant plus, l’OTAN n’avait plus sa raison d’être et aurait dû être dissoute. La question fut alors posée et débattue, mais les intentions des États-Unis étaient autres, leur présence et leur influence en Europe dépendaient de son maintien. Un nouveau « concept stratégique » est adopté en 1990 lors du sommet de l’OTAN de Londres : il se fonde sur le maintien d’un potentiel de défense, la gestion et la prévention des crises. Un concept qui sera confirmé lors de la réunion des chefs d’États et de gouvernements à Rome en 1991, légitimant et pérennisant ainsi l’OTAN.

Manfred Wörner, secrétaire général de l’OTAN et président du Conseil de l’Atlantique nord, déclare alors : « L’importance qu’elle revêt (l’OTAN) et les avantages directs qu’elle apporte aux États qui n’en sont pas membres grandiront avec le temps. Mais je ne pense pas que l’OTAN doive chercher à se muer en une organisation de sécurité paneuropéenne ni, comme certains le prétendent, à devenir, en fin de compte, le bras de sécurité de la CSCE.[3] » Autre voix, celle de François Mitterrand : « L’OTAN n’est pas faite pour devenir une Sainte-Alliance » : on touche là au cœur de la question. L’OTAN est la seule alliance militaire existant dans un monde où Georges Bush annonce une ère de paix et Fukuyama la fin de l’Histoire et l’avènement universel de la démocratie. Quelle est donc sa raison d’être ? Quels sont ses objectifs militaires ? Quels sont ses ennemis ? Pour répondre à ces questions, avant d’en venir aux rapports spécifiques avec la Russie, il faut rappeler le rôle interventionniste, comme bras armé du monde occidental qu’a été durant les années 1990 et au tournant du XXIe siècle, celui de l’OTAN de la Bosnie à l’Afghanistan.

La guerre civile dans l’ex-Yougoslavie fut l’argument et le prétexte utilisé par George Bush père pour maintenir et justifier une présence militaire des États-Unis dans l’Europe déstabilisée de l’après-chute du Mur et donc, pour Washington, une Europe non en mesure d’assurer sa sécurité intérieure. La Bosnie fut la première guerre d’une OTAN qui n’avait pas tiré un coup de feu durant quarante ans de guerre froide. Le 28 février 1994, des avions US, sous mandat de l’ONU, abattent quatre avions bosno-serbes et le 1er avril l’OTAN procède à des bombardements. William Perry, secrétaire à la Défense de Bill Clinton, affirme alors : « Ce qui est en question ici, c’est la cohérence de l’OTAN, l’avenir de l’OTAN et le rôle des États-Unis en tant que leader de l’OTAN.[4] »

En 1999, les États-Unis hégémoniques et les puissances atlantiques adoptent un nouveau concept stratégique pour l’OTAN. L’objectif est, se substituant au fantomatique et inutile Comité d’état-major du Conseil de sécurité, que l’OTAN devienne le bras armé de l’ONU pour assurer la stabilité internationale. Les puissances occidentales vont alors non seulement instrumentaliser l’ONU pour mener des interventions armées sous le couvert de résolutions du Conseil de sécurité, mais, ignorant et passant outre les attributions de l’Organisation des Nations unies inscrites dans la Charte, la décrédibiliser en agissant unilatéralement comme une force armée en mesure d’intervenir partout dans le monde. Rappelons ce que déclarait en 2007 Daniel Fried, secrétaire d’État adjoint de George W. Bush puis d’Obama : « Depuis la guerre froide et son rôle régional dans les années 1990, l’OTAN s’est transformée en une organisation transatlantique effectuant des missions globales, de portée globale avec des partenaires globaux… L’OTAN est en train de développer les capacités et les perspectives politiques nécessaires pour s’attaquer aux problèmes et aux éventualités qui surviennent dans le monde entier.[5] »

L’ère de paix annoncée en 1990 fut donc une période de guerres dites asymétriques, afin d’affirmer plus encore l’hégémonie politique, économique, idéologique et militaire des puissances occidentales, une succession d’interventions militaires et de guerres lors desquelles, sous couvert de mandats différents, l’OTAN est intervenue directement ou comme force arrière en Bosnie, au Kosovo, en Irak, en Afghanistan, en Lybie, en Syrie… avec comme conséquence la tragédie de pays détruits et de populations où morts, blessé et exilés se comptent par millions. Ce temps n’est plus, l’échec en Afghanistan en scelle tragiquement la fin. Au sortir de cette phase, le monde n’est plus unipolaire, il est profondément modifié avec de nouveaux rapports de force conflictuels qui se manifestent ouvertement et qui, dépassant le cadre des contradictions capitalistes concurrentielles, représentent une mise en question de l’hégémonie des États-Unis et du monde occidental. Ainsi, selon des déclarations de Washington et de Bruxelles, la Chine est aujourd’hui considérée comme un « rival systémique » et la Russie comme « une menace existentielle. »

Dans ce nouvel état du monde, sous le label OTAN 2030 s’élabore un énième concept stratégique qui met fin à l’OTAN comme une organisation militaire mondialisée et recentre son domaine d’intervention à l’Europe, à l’Afrique et au Moyen-Orient ; les Européens se voient attribuer la responsabilité d’assurer, avec les États-Unis comme base arrière, le maintien de l’hégémonie du monde capitaliste occidental dans cette zone, Washington accordant la priorité à la zone Asie-Pacifique. Une organisation militaire ayant besoin d’un ennemi, les ennemis désignés de l’OTAN sont principalement la Russie et le terrorisme. Un conflit interétatique de haute intensité devient dès lors une probabilité d’où découle des politiques de surarmement sur les cinq continents et, au sein de l’OTAN, dans les états-majors des principales puissances occidentales, comme dans ceux des ennemis désignés, la Chine et la Russie, on se prépare ouvertement à cette éventualité.

Certes, si la guerre advenait, l’OTAN, sous la houlette des États-Unis, est la plus puissante force militaire qu’il y ait jamais eu dans l’Histoire ; mais pour des stratèges et des experts, en raison des espaces concernés, y compris l’espace spatial, de l’importance en nombre des populations engagées, de potentialités militaires en armement et en communication démultipliées et en prenant en compte la capacité de résilience et d’abnégation des peuples, la victoire est incertaine. Cela, certes, incite à garder raison, mais le déclenchement d’une guerre peut relever d’un incident incontrôlé, d’une erreur d’appréciation sur la trajectoire d’un missile hypersonique volant à Mach 7, et surtout elle comporte sa part d’irrationnel.

Ce sont là des risques majeurs de guerres interimpérialistes dont il faut avoir conscience pour donner une chance de prévaloir à la raison, à la négociation, à la paix. Il n’y a pas de bon impérialiste, il y a des impérialistes qui, pour résoudre leurs contradictions, utilisent le pire des moyens, le recours à la puissance des armes ; leurs politiques et leurs agissements doivent être dénoncés, tel est le cas pour la Russie et son agression militaire contre l’Ukraine. Mais, cela n’exempte pas de porter un jugement sur les causes et les responsabilités des atlantistes dans cette guerre, que ce soit la parole non respectée, les politiques d’humiliations contre la Russie après la chute du Mur et sa désignation ouverte par l’OTAN comme ennemi.  Ces actes et ces comportements ont conduit à la pire des issues : la guerre.

À trop humilier

Lors de la chute du Mur, deux politiques étaient possibles, celle d’une phase de transition, politique et économique, de l’Union soviétique et des pays ayant appartenu au « camp socialiste » vers les règles et les lois du système capitaliste ou celle d’une absorption brutale et anarchique à l’économie de marché. La seconde fut adoptée, volonté de Washington d’éradiquer le spectre du communisme en s’appuyant sur des opposants largement financés – les missions de récolte d’argent furent nombreuses en Europe comme aux États-Unis -, et en laissant le champ libre à tout ce qu’il y avait d’opportunistes, de corrompus, d’arrivistes, prêts à marchander et à brader leur pays et leur peuple. Conséquence, les économies des ex-États socialistes sombrent, l’impact économique de ce traitement pour la Russie est, entre 1989 et 1997, une chute du PIB de 50% et une baisse de 45% des salaires, conséquence humaine, l’espérance de vie qui était de 64 ans en 1989 n’est plus en 1993, avec une surmortalité accumulée depuis 1985 de 1,5 million de personnes, que de 58 ans. Six ans de perte d’espérance de vie en 4 ans ![6]

La volonté de soumettre fut tout aussi brutale concernant la place et le rôle de la Russie en Europe et dans le monde. Alors que le projet de Mikhaïl Gorbatchev était, avec les réformes économiques de la perestroïka, d’intégrer la Russie dans l’économie de marché capitaliste, de la faire entrer dans la Maison Europe. Alors qu’il adressait pour cela tous les signes, faisait tous les gestes, accordait toutes les concessions, que ce soit lors de ses rencontres avec Donald Reagan, sur la question atomique, avec Helmuth Kohl et James Baker, sur la réunification de l’Allemagne, avec George Bush père, en signant l’Accord Start de réduction des armes stratégiques, le projet de Gorbatchev que la Russie puisse être une puissance dans le « nouvel ordre mondial international » est pour les États-Unis et les atlantistes irrecevables. Il faut que la Russie paie le prix de la grande peur du communisme, quelles que soient ses concessions, sans ignorer dans cette politique la part des sentiments racialistes qui distinguent l’Homo europeus du slave, sous-homme et barbare (nul n’étant raciste il s’entend), excluant la Russie d’une appartenance à la Maison Europe.

Son projet politique rencontrant un écho, Gorbatchev, crise du pouvoir et ambitions personnelles, est écarté par le « coup d’État» d’Eltsine, pitre et potiche, donnant l’ordre, en octobre 1993, après avoir reçu l’accord de Bill Clinton[7], de tirer sur le parlement russe. Eltsine au pouvoir, la Russie est traitée comme une république bananière, les experts états-uniens commandent les décisions à prendre dans les bureaux des ministères, le peuple est humilié par le traitement subi et par l’avilissement du pouvoir.

Les défaites et humiliations de l’Histoire, inscrites dans les mémoires, suscitent sur des temps longs des ressentiments. Un exemple, les conséquences du Traité de Trianon, ne reconnaissant pas aux Magyars « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes »,[8] restent vivantes dans les mémoires des Hongrois et la responsabilité en est attribuée à la France et à Clémenceau, considéré comme le principal responsable du dépècement de la Hongrie. Mais naître russe ou français n’est pas naître islandais ou andorran : chez les premiers, références historiques, géographiques, économiques, culturelles, militaires, l’idée de grande puissance est dans les têtes, elle imprègne la société et comme il en est toujours, l’Histoire en témoigne tragiquement, « selon que vous soyez puissants ou misérables », l’éveil ou l’utilisation des rancœurs n’ont pas les mêmes effets et conséquences.

Ce furent-là des politiques à courte vue des États-Unis et des atlantistes. Tout bon stratège laisse une porte de sortie à l’adversaire, au risque qu’il devienne enragé, tout vainqueur avisé n’humilie pas le vaincu, les rancœurs ont la vie longue dans la mémoire des peuples. La mentalité de puissance dans leurs relations avec les autres États, même avec leurs alliés, des dirigeants politiques et militaires des États-Unis, les ont fait ignorer ces enseignements de l’Histoire. Vladimir Fédorovski, un des théoriciens de la pérestroïka, fervents tenants d’une Russie capitaliste, souligne l’importance de cette question quand il déclare lors d’un entretien[9] : L’action de Gorbatchev s’inscrivait dans une vision europhile « d’une alliance civilisationnelle entre l’Europe et la Russie, dans la tradition de Pierre le Grand… On a raté l’occasion d’une alliance historique lors de la chute du communisme. À l’époque de Gorbatchev, 80% des Russes étaient pro-occidentaux. Actuellement, c’est l’inverse. » Aveuglement de l’impérialisme devenu hégémonique. Ceci ne justifie aucune agression contre un peuple, mais à trop le sous-estimer, voire l’ignorer, c’est participer des actes que cela suscite, jusqu’à la guerre.

Sur l’élargissement de l’OTAN

Dans le moment de la désagrégation de l’Union soviétique et de la liquéfaction des états membres du Traité de Varsovie, la question allemande est centrale. Elle l’est géographiquement, le Mur symbolisant la ligne de partage entre les deux Europe, elle l’est politiquement, avec le processus de réunification de deux Allemagne, elle l’est militairement, en République fédérale allemande se trouve le plus grand nombre d’armes nucléaires au monde, armes nucléaires sous contrôle des États-Unis, cela représente une grande peur pour les Allemands s’il advenait un conflit. L’Allemagne est donc, plus que tout autre État européen, au centre du « dégel » qui précède la dissolution de l’Union soviétique. « Par conséquent » écrit Mary Elise Sarrot,[10]  « si Gorbatchev avait proposé aux Allemands un échange d’armes nucléaires contre l’acceptation par l’Union soviétique de l’unification, une grande majorité d’entre eux y aurait heureusement été favorable. » Mais l’Allemagne et les Européens n’ont pas la main sur le devenir de l’Europe, les États-Unis et leurs Alliés atlantistes en décident. 

L’accélération de l’éclatement du « camp socialiste » et de l’Union soviétique va faciliter la réunification réalisée en octobre 1990. Alors que son processus est en cours, en février 1990, George H.W. Bush père vient d’accéder à la présidence des États-Unis, le Département d’État interroge le gouvernement de la République fédérale « sur ce que l’OTAN ferait après la guerre froide sur le rôle et la place de l’OTAN par exemple ‘en étendant (son) champ territorial à l’Europe de l’Est’. ». Hans-Dietrich Genscher, le négociateur de la réunification de l’Allemagne, dont la position est de « prendre au mot », les déclarations de Gorbatchev, s’oppose à un élargissement de l’OTAN dans la partie orientale de l’Europe, une telle exigence étant inacceptable par ce qui est encore l’Union soviétique, le processus de réunification s’en trouverait bloqué.

C’est dans ce moment que James Baker, secrétaire d’État de Ronald Reagan, maintenu en poste par George Bush père, dans l’ignorance des plans d’élargissement de l’OTAN du nouveau président, propose et promet à Gorbatchev que « la juridiction de l’OTAN » ne s’étendra pas au-delà de ses frontières actuelles. Gorbatchev commet certes l’erreur de croire en une promesse orale, mais l’erreur est de fait sans signification : sur les instructions de son Président, James Baker fait vite entendre qu’il ne faut pas accorder attention à sa déclaration, la politique de George Bush père et des atlantistes est d’étendre l’OTAN aux pays de l’Europe orientale.

Le 3 octobre 1990, Gorbatchev signe l’accord de réunification qui intègre l’Allemagne orientale à l’OTAN, sous la garantie qu’elle sera dénucléarisée. Huit jours après la signature, le 11 octobre, George Bush remet le sujet sur la table et demande à Manfred Wörner, secrétaire général de l’OTAN, son avis « d’inclure les États baltes » dans l’OTAN, Wörner, la réunification de l’Allemagne étant acquise, accepte. Les États-Unis vont dès lors dicter à l’Europe l’élargissement de l’OTAN, l’intégration des pays de l’Europe orientale précédant toujours (sauf pour les États de l’ex-Yougoslavie), leur adhésion à l’Union européenne[11]. La Russie s’y oppose à chaque étape sans être écoutée, mais son élargissement à l’Ukraine et à la Géorgie signifierait une présence de l’OTAN tout au long de la frontière occidentale de la Russie, c’est pour Moscou une ligne rouge. Il se crée là une contradiction interimpérialiste majeure, de celles qui se règlent par la guerre.

Les atlantistes passent outre. Dès 1991, l’Ukraine devient membre du Conseil de coopération nord-atlantique, en 1997, elle signe la Charte de partenariat spécifique avec l’OTAN. Depuis 2007, la commission OTAN-Ukraine supervise le processus de son intégration euroatlantique et en 2008, l’OTAN, lors du sommet de Bucarest, se félicite des « aspirations euro-atlantiques » de l’Ukraine et de la Géorgie. En 2017, le parlement ukrainien vote une loi faisant de l’adhésion à l’OTAN un objectif stratégique, amendement qui sera inscrit dans la Constitution ukrainienne en 2019 et en 2020, le président Volodymyr Zelenski, approuve la nouvelle stratégie de sécurité nationale qui inclut une adhésion à l’Alliance atlantique.

Pour s’opposer à ce processus, le 1er janvier 2021, Vladimir Poutine demande des garanties que l’Ukraine ne soit pas intégrée à l’OTAN, Jens Stoltenberg, son Secrétaire général, fait savoir qu’aucune concession ne sera faite à la Russie sur cette question. Le 14 décembre 2021, la Russie propose un projet d’accord de sécurité européen comprenant encore et toujours, la demande de non-intégration de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN et que ne soient pas installées des bases militaires par les États-Unis dans les pays ayant appartenu à l’Union soviétique. Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne, déclare : « Ces délimitations des sphères d’influence n’ont pas leur place en 2022. » Quelle est la logique de considérer que refuser à l’Ukraine et à la Géorgie l’adhésion à l’OTAN est une politique de zone d’influence et que vouloir inclure ces deux États dans l’OTAN n’est pas une politique de zone d’influence ?

S’ouvre une phase de crise ouverte, les deux parties se menacent par des mouvements de troupes et des manœuvres en Russie, par le déploiement de forces de l’OTAN sur son flanc oriental et des livraisons d’armes, [12] créant une situation de tensions et de conflit. Les contacts diplomatiques entre chefs d’État et diplomates états-uniens, français, allemands, ukrainiens et russes se multiplient. Le 11 janvier 2022, lors d’une réunion du Conseil OTAN-Russie au siège de l’OTAN : « La Russie insiste pour que l’Ukraine se voie refuser l’adhésion à l’OTAN et que le déploiement des troupes et de l’équipement de l’alliance en Europe de l’Est soit ramené au niveau de 1997… Ces demandes ont été entièrement rejetées par l’alliance.[13] » Jens Stoltenberg déclare alors que « la menace d’une nouvelle guerre en Europe est très réelle. » Politique de puissance contre politique de puissance et manipulations des opinions, s’enclenche l’engrenage de la déraison jusqu’à l’irréversible, dont la Russie porte la responsabilité en envahissant l’Ukraine. Dramatique démonstration que le capitalisme c’est la guerre, dont les victimes sont les peuples.[14]

La question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est le point focal du déclenchement de cette guerre par la Russie. Certains s’étonnent de cette opposition obstinée de Moscou et les atlantistes, banalisant sa signification, mènent campagne depuis trente ans sur le droit d’un pays à en décider lui-même. C’est omettre que l’OTAN n’est pas une alliance politique, idéologique ou économique, mais une alliance militaire, la seule dans le monde depuis 1991 ; elle revêt donc un autre sens, relève d’une autre nature et nourrit d’autres objectifs. Il n’y a pas d’alliance militaire sans ennemis, l’OTAN est dirigée contre la Russie et le risque terroriste, en quoi refuser d’avoir à ses frontières une organisation militaire qui vous désigne comme ennemi est-elle une demande inacceptable ? Quand, en 1962, Khrouchtchev a installé des fusées à Cuba pour défendre l’île contre les plans d’invasion par les États-Unis et pour dénoncer l’installation de missiles en Turquie, cela a créé la plus grave crise de la guerre froide, à aucun autre moment de la guerre froide on ne fut si près d’un conflit armé. Des fusées installées à portée de son sol étaient inacceptables pour les États-Unis, le retrait des fusées soviétiques évita la guerre, une décision saluée dans le monde. Pourquoi en va-t-il différemment dans le cas de la Russie ?

Y-a-t-il pour les peuples une autre voie que celle de la raison ?

Rien ne justifie l’agression de la Russie contre l’Ukraine, il s’agit d’une guerre impérialiste capitaliste, celle-ci doit être dénoncée et condamnée. Mais cela n’exempte pas les États-Unis et les atlantistes de leurs responsabilités dans les engrenages de cette guerre ni dans les risques de guerres de haute intensité auxquelles se préparent les États-Unis, les États membres de l’OTAN comme s’y préparent la Chine et la Russie, désignées comme puissances ennemies. Le monde de l’après post-guerre froide, hégémoniqument capitaliste, est clairement défini dans la Nouvelle vision stratégique présentée par le général Thierry Burkhard, chef d’état-major des armées : « Avant, les conflits s’inscrivaient dans un schéma ‘paix / crise / guerre’. Désormais, c’est plutôt un triptyque ‘compétition / contestation / affrontement’. » Et de préciser : « Il n’y a plus de phases de paix, mais des phases de compétition. »[15] Même langage dans l’Union européenne quand le 16 novembre 2021, Josep Borrell, vice-président de la Commission européenne en charge de questions de sécurité, déclare : « L’ancienne distinction entre guerre et paix n’est plus valide de nos jours. Ce n’est plus blanc ou noir, il y a toute une gamme de nuances de gris qui recouvrent des situations de rivalité, de coercition, d’intimidation auxquelles il faut répondre. » Rivalité, coercition, intimidation entre puissances : il n’y a plus de phase de paix, de la cyberguerre à celle de haute intensité, c’est la guerre permanente.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie est une guerre impérialiste et elle doit être dénoncée et condamnée comme telle, mais il n’y a pas de bon impérialisme, il y a des impérialismes, tous porteurs de guerres. Le défi à relever, que seuls les peuples peuvent résoudre, car la nature de l’impérialisme ne peut changer, est d’inverser le cours et la logique des politiques de puissance qui font de la guerre une tragique réalité et de la paix une utopie.

NA

[1] Fabian Schneider, La fin de la méga machine, Éditions du Seuil, 2020

[2] Pour cette troisième problématique, voir Y-a-t-il un autre choix que la raison, Recherches internationales à paraître n°123.

[3] Revue de l’OTAN, vol. 39-No. 6, décembre 1991

[4] Le Monde, 8-9 octobre 1995

[5] 17 avril 2007.

[6] Référence : Projet Monet CEE/CEI/États Baltes, Après la chute du Mur, l’impact humain de dix ans de transition, UNICEF, 1999.

[7] « Bill Clinton a considéré que l’assaut par la force de la « maison blanche » de Moscou était « inévitable pour garantir l’ordre. » El Pais, 5 octobre 1993, cité par Manières de voir n° 151, 2017.

[8] 3,3 millions Hongrois se retrouvent dans d’autres frontières que celles de la Hongrie.

[9] Entretien avec Olivier Petros, Revue de la Défense Nationale, n° 838, 2021.

[10] Dans cette partie de la contribution, je me réfère à l’article deMary Elise Sarott, professeur émérite de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies, Comment Washington a perdu le monde postsoviétique, Rossia v Globalnoï Politike, n° 6/2021.

[11] Adhésion à l’OTAN, en 1999, la Hongrie, la Pologne et la République Tchèque, en 2004, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, en 2009, l’Albanie et la Croatie, en 2017, le Monténégro, en 2020, la Macédoine du Nord.

[12] Le Temps, quotidien suisse, a révélé le déploiement à la mi-janvier de forces spéciales canadiennes en Ukraine et depuis l’automne 2021, la livraison par l’OTAN de centaines de systèmes de lanceurs de missiles antichars Javelin et par une trentaine de commandos britanniques de 2000 lanceurs de missiles antichars NLAW.

[13] CBC News, 12 janvier 2022

[14] NA, Le capitalisme, c’est la guerre, Éditions Terrasses, 2021

[15] Vision stratégique adoptée par le gouvernement, présentée à la presse le 4 octobre 2021.

Ukraine II de Christian de Montlibert, Professeur émérite à l’Université Marc Bloch (Avril 2022)

La volonté de l’Allemagne d’abord puis des USA de s’emparer et de dominer l’Ukraine est ancienne, écrit Annie Lacroix-Riz à qui j’emprunte ces informations. Les Habsbourg puis les Hohenzollern puis Bismarck en ont rêvé et ont mis en pratique leurs ambitions avant et après la Première guerre mondiale. Le Reich impérialiste était soutenu dans sa « poussée vers l’Est » (Drang nach Osten), par la Curie pontificale. L’Allemagne soutenait et finançait les nationalistes ukrainiens et baltes pour tailler en pièces la Russie et soutenir les grands propriétaires fonciers dans leur accaparement des terres agricoles. Le grand bénéficiaire du financement allemand fut l’« Organisation des Ukrainiens nationalistes » (OUN), fondée par Stefan Bandera, « chef de l’organisation terroriste ukrainienne en Pologne » (Galicie orientale), et ses fidèles lieutenants Mykolaev Lebed et Iaroslav Stetsko : tous étaient aussi violemment anti-polonais qu’anticommunistes, russophobes et antisémites. Les membres des deux OUN, furent associés aux préparatifs de l’occupation de la Pologne, puis à ceux de Barbarossa. Comme le montrent des historiens étatsuniens et une historienne française, les « banderistes » formèrent une partie des effectifs de la 14ème Légion des Waffen SS Galicia (1943-1944), « massacreurs sans répit, bénis et encouragés à l’ouvrage par les clercs uniates, prélats et prêtres, bras et espions du Vatican » comme l’écrit Annie Lacroix-Riz A .[1]

Le capital financier américain, tenant la Chine pour sa chasse gardée, avait combattu l’expansion à l’Est de l’impérialisme russe. Bien avant la prise du Palais d’hiver, il détestait au moins autant que l’Angleterre la Russie, dont les ressources l’alléchaient autant que celles de la Chine. La grande banque américaine s’était associée aux menées allemandes entre les deux guerres. Dès 1944 les USA envisageaient et soutenaient la renaissance d’Etas alliés (Pologne, Finlande, pays baltes et Roumanie) pour contrer l’URSS. Dès 1948 la liquidation de l’URSS et l’occupation de l’Ukraine furent un des objectifs des USA ce que des historiens américains comme Gregor Mitrovitch, Richard Aldrich, Benjamin Tromly ont bien montré. Les USA vont vite prendre le relais des nazis pour soutenir les banderistes et tous les groupes nationalistes ukrainiens soutenus en cela par le Vatican (sources archives déclassifiées du département d’Etat).[2] Il est vrai que dans les années 1920 les pays occidentaux ont conduit une guerre contre le communisme dans laquelle les contingents anglais et français opéraient en Ukraine alors que le contingent US opérait en Sibérie.

L’URSS était l’ennemie du capitalisme américain et le demeure bien après la capitulation de l’Allemagne nazie comme le montre la signature du Pacte atlantique de 1949 dans lequel les USA ont envisagé d’utiliser « la chair à canon » des européens pour les combats au sol contre la Russie alors qu’ils se réservaient des bases aéronavales pour les bombardements (Ces déclarations cyniques du représentant US déclencheront une polémique). Plus tard, en Avril 2008, à Bucarest, les USA ont prévu de faciliter l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN, d’aider au rapprochement de l’Ukraine avec les autres pays européens et de souhaiter voir s’installer en Ukraine une « démocratie libérale pro américaine ». Ce projet sera ratifié par un traité USA-Ukraine le 19 décembre 2008. Depuis, les USA n’ont pas cessé de développer une politique de « containment » de la Russie assise sur une ceinture de missiles et d’antimissiles au sol (200 milliards de dollars y ont été consacrés), sur un système de radars Aegis Ashore inauguré à Deveselu en Roumanie en 2016 et sur le système THAAD dans l’espace (système de missiles de haute altitude) poursuivant en cela le plan Reagan de « guerre des étoiles ». Plus récemment encore, en novembre 2021, les USA ont signé un traité permettant « l’interopérabilité » des armées USA – Ukraine contournant ainsi l’impossibilité faite à l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN. La charte signée dans son préambule « affirment les engagements pris pour renforcer le partenariat stratégique Ukraine Etats Unis par les présidents Zelenski et Biden le premier septembre 2021 ». Cette charte soutient que l’Ukraine aura l’appui des USA dans sa volonté de récupérer le Donbass et la Crimée (Section II article 1).

La proposition nord-américaine avait de quoi séduire un pouvoir ukrainien largement acquis à des prises de position hostiles à la Russie. Depuis la fin de l’URSS les groupes nationalistes ukrainiens ont relevé la tête. Ces groupes sont les héritiers des bandes dirigées par Stépan Bandera (Bandera collabore avec l’Allemagne nazie et crée la légion ukrainienne sous commandement de la Wehrmacht ; la légion participe aux massacres des juifs ; en 1944 il entraine et arme des combattants ukrainiens à lutter contre l’avancée des troupes soviétiques). Les groupes nationalistes ont obtenu une commémoration du jour de naissance de Bandera ; il possède sa statue à Lviv. Le centre Simon Wiesenthal rappelle que les collaborateurs ukrainiens des nazis ont participé à la Shoah et ont assassiné plus de 33 000 juifs. Svoboda, Secteur droit, Azov, Patriotes, Légion ukrainienne, Parti social nationaliste ukrainien, etc. autant de groupes nationalistes d’extrême droite actifs en Ukraine développent eux aussi l’antisémitisme. Ces milices d’extrême droite ont bénéficié d’un appui considérable après les échecs de l’armée ukrainienne à imposer sa force dans le Donbass. Elles atteindraient plus de cent mille hommes venus de différents pays.

Le groupe de Svoboda, dont l’emblème est une croix gammée oblique, se révèle être l’héritier de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne qui collabora avec les nazis et se livra aux massacres des juifs de Galicie ; son antisémitisme l’a conduit récemment à pourchasser des juifs hassidiques venus en pèlerinage.

Secteur droit est un groupe décrit comme « fasciste » par The Time, « néo fasciste » par Die Welt, qui distribuera à Kiev d’après Haaretz des exemplaires de Mein Kampf et du Protocole de sages de Sion, qui participe à des chasses aux homosexuels et pratiquera le blocus de la Crimée russophone.

Azov est un régiment de volontaires d’extrême droite animé par un noyau néonazi. Dès 2014, Azov s’engage dans la lutte contre les russophones du Donbass avec des pratiques expéditives (tortures, exécutions d’après Amnesty international). Il a été dirigé par Andryi Biletsky qui a contribué au développement du Parti social nationaliste ukrainien puis du parti « Patriotes » (son insigne rappelle la croix gammée). En 2016, le régiment Azov s’empare de Marioupol, arrête les militants pro-russes et militarise l’occupation de la ville. Le groupe Azov et autres groupes d’extrême droite, en octobre 2019, manifesteront et feront pression sur le gouvernement pour empêcher l’application des accords de Minsk.

Patriote, est une organisation para militaire fortement anti sémite ; très actifs durant les manifestations de la place Maïdan, ils incendient des bâtiments administratifs. Ils se réclament de la défense de la race blanche et luttent contre le sionisme.

Les USA ont soutenus ces néo-nazis depuis 1946 et les ont incités à renverser le gouvernement en 2004 et surtout en 2014 .Ces groupes ont été d’autant plus actifs que les élections qui se déroulent avant les événements de la place Maïdan montrent que la partie Est de l’Ukraine vote à plus de 80 % pour des candidats favorables au rapprochement ou même au rattachement à la Russie alors que la partie Ouest vote à 80% et plus pour des candidats nationalistes quant ce n’est d’extrême droite. Les violences de groupes d’extrême droite contre les russophones de l’Est s’amplifient durant toute cette période. En Novembre 2013, ces groupes vont détourner des manifestations populaires. En maniant des gourdins, des cocktails Molotov et des armes, ils sauront chasser les russophones, renverser le gouvernement et occuper le pouvoir d’Etat. Cette « révolution orange » a été financée par au moins deux milliardaires ukrainiens : Iola Timochenko qui a construit sa fortune sur l’exploitation et la vente du gaz et du pétrole, qui sera premier ministre, ministre, députée nationaliste. Elle a fondé le parti d’extrême droite « Patrie ». Kolomoïsky, autre oligarque, souvent allié de Timochenko, qui finance largement le groupe « secteur droit » et a offert « un million à qui assassinerait un député pro russe ». °

Le Président de l’Ukraine est actuellement entouré d’anciens membres de ces groupes d’extrême droite qui, respectabilité oblige, ont plus ou moins officiellement démissionné de leur appartenance mais n’ont en rien renié leurs idées. On pourrait citer à titre d’exemples Andryi Biletsky, Dmytro Yarosh et Arsen Avakov mis en cause par le Grand Rabbin de Kiev pour ses prises de position extrémistes «douteuses »… Les mesures discriminatoires contre la partie russophone de l’Ukraine, particulièrement dans le Donbass, (interdiction de la langue russe, non paiement des retraites des anciens militaires de l’Armée Rouge) puis la guerre contre les « séparatistes » vont conduire a une forte émigration vers la Russie. L’Ukraine se révèle être ainsi un centre très actif de lutte contre la Russie.

Alors qu’aux USA la presse peut parfois ouvrir ses colonnes à des prises de position divergentes – que des travaux d’historiens s’efforcent d’expliquer le clivage entre l’Est et l’Ouest de l’Ukraine alors que d’autres comme Richard Breitman professeur à l’Université de Washington ou Norman Goda professeur à l’Université de Floride,(dont les travaux sont publiés par les Archives nationales du département d’Etat et par les Cambridge University Press) n’hésitent pas à montrer l’importance de la collaboration des nationalistes ukrainiens avec les nazis, que des spécialistes de sciences politiques, comme John Mearsheimer, professeur à l’université de Chicago, affirment que les USA ont une responsabilité dans la guerre actuelle, ou qu’un intellectuel médiatique comme Noam Chomsky rappelant la neutralité du Mexique invente la fable d’une Chine soutenant un gouvernement mexicain désireux d’installer des missiles le long de la frontière texane et demande aux lecteurs d’imaginer la réaction des USA – la France se caractérise par ses positions de propagande anti-russe. Ne laissant aucune voix discordante s’exprimer même lorsqu’elles ont extrêmement documentées, cette position anti russe a été fabriquée par des intellectuels qui ont systématiquement déprécié les avancées sociales des pays communistes et qui ont crée une équivalence entre Hitler et Staline, entre les camps de concentration nazis et les camps de travail staliniens, entre les crimes de la Shoah et les morts du Goulag ( équivalence que le directeur du centre Simon Wiesenthal n’hésite pas à qualifier de « bobard » ). Les pays sous la coupe des USA vivent dans un univers de fantasmes croyant que la Russie actuelle veut ressusciter son ancien empire et que Wladimir Poutine, en successeur de Joseph Staline, ne peut être qu’un dictateur paranoïaque.

Alors que la Russie n’est pas intervenue directement durant la guerre du Donbass – au grand regret des populations russophones – il semble que l’intervention du 20 février visait à empêcher une agression militaire ukrainienne contre les zones russophones du Donbass qui aurait reçu le feu vert de Kamala Harris le 19 février. Reste que la tactique militaire russe cherche à minimiser les victimes parmi les civils (c’est toujours trop !) à l’inverse des bombardements de la Deuxième guerre mondiale (le bombardement de Dresde aurait tué plus de deux cent mille personnes). L’armée russe vise avant tout les snippers ukrainiens qui ont transformé des appartements dans des immeubles d’habitation en postes de tir ou qui utilisent des bâtiments publics comme bases militaires. Les bombardements du théâtre de Marioupol et de la maternité ne sont pas russes mais ukrainiens. La Russie ne veut pas détruire l’Ukraine, et encore moins Kiev, mais créer un Etat tampon qui empêcherait l OTAN –USA de s’approcher trop près de ses frontières et sans doute soutenir et peut-être contrôler les régions russophones du sud-est et de la mer d’Azov. De fait la Russie, depuis 2008, réclame une réorganisation des systèmes de sécurité repensant l’Otan et sa sujétion aux volontés des USA. Faute d’avoir été écoutée, la Russie, face au danger que représentaient les accords USA –Ukraine, a choisi une campagne militaire pour faire pression sur les instances internationales pour les amener à repenser les accords internationaux.

– Sousjacent aux luttes autour de la sécurité qui opposent les USA et la Russie se déroule une lutte sans merci qui a pour objet la domination capitaliste. Le capitalisme étatsunien est en guerre contre le capitalisme russe et contre le «capitalisme » (le terme est impropre) chinois pour s’emparer des marchés, des productions agricoles et industrielles, des matières premières et des voies de communication. L’Ukraine demeure – avec son agriculture, ses minéraux rares (lithium et cobalt entre autres) et ses industries – un enjeu aussi bien pour le capitalisme occidental que pour celui de la Russie comme aussi pour la Chine qui a conclu nombre d’accords avec ce pays. Reste que, pour le moment, les industries d’armement dont surtout les industries nord américaines réalisent des profits substantiels (l’action du sous traitant Lockheed Martin a gagné 20% en une semaine) ou l’espèrent, comme celles qui proposent de reconstruire les bâtiments détruits. L’hostilité à l’encontre de la Russie trouve sans doute là, dans les ressorts d’une économie nord américaine en relative perte de vitesse, une de ses forces les plus actives toujours prête à trouver une légitimation dans des arguments idéologiques. L’autre force est la capacité militaire toute puissante des USA qui les conduits à voir les deux autres grandes puissances que sont la Chine et la Russie comme des concurrents-ennemis. Se débarrasser d’une Russie « affaiblie et isolée » « en portant des coups à la stabilité de l’Etat russe et en s’appuyant sur un Occident plus fort, plus unifié et plus déterminé » comme l’affirme Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale des USA, permettrait de parachever dans de meilleures conditions l’encerclement militarisé de la Chine.

Pour sortir de ce guêpier qui risque de conduire à une troisième guerre mondiale (dont on sait depuis les travaux de Rosa Luxemburg que c’est malheureusement une solution pour résoudre une crise du capitalisme) dans laquelle on pourrait utiliser des armes nucléaires, il reste d’abord à régler la question ukrainienne ; Ce qui implique que les USA acceptent les trois points suivants :

  • neutralisation militaire de l’Ukraine, comme l’est le Mexique pour les USA ;
  • mise en place d’un referendum pour savoir ce que veulent les populations du Donbass et création d’un statut négocié pour la Crimée ;
  • reprise des liens commerciaux entre la Russie et l Europe occidentale ce qui implique de rompre les liens de vassalité de l’Europe occidentale vis a vis des USA 

en attendant, il reste à dire NON à la guerre !


[1] 1Dans les Einsatzkommandos, les prisons, les camps de concentration et ailleurs, tous les groupes de l’OUN torturèrent et exterminèrent de 1941 à 1944 avec le même entrain les Ukrainiens « non loyaux », les juifs de toute nationalité, les Russes et les Polonais non juifs (« entre 70 000 et 100 000 civils polonais ») : proclamés « ennemis de la nation ukrainienne », tous étaient voués à l’élimination. L’autre partie des assassins de l’OUN-UPA était à l’été 1944 restée en Galicie orientale désormais soviétique. Clandestins, ils y menèrent, toujours stimulés par leurs clercs uniates, une très efficace action meurtrière : « en Ukraine occidentale », des « dizaines de milliers » de ces anciens policiers supplétifs des Allemands tuèrent « 35 000 cadres de l’armée et du parti soviétiques entre 1945 et 1951 » Annie Lacroix-Riz, Impérialismes dominants en Ukraine ; de l’avant 1914 au sauvetage-recyclage des criminels de guerre bandéristes : 1890-1990. à paraitre aux éditions Delga.

[2] 2Les USA confièrent la responsabilité de ce service au nazi Gehlen qui avait supervisé les opérations allemandes à l EST durant la seconde guerre mondiale.Source Annie Lacroix-Riz op. cit.

Yurii Sheliazhenko, secrétaire du Mouvement ukrainien pour la paix, membre du réseau No to Nato : déclaration du mouvement pacifiste ukrainien contre la perpétuation de la guerre

Le Mouvement pacifiste ukrainien est gravement préoccupé par la combustion active des ponts pour une résolution pacifique du conflit entre la Russie et l’Ukraine des deux côtés et par les signaux d’intention de poursuivre indéfiniment l’effusion de sang pour réaliser certaines ambitions souveraines.
Nous condamnons la décision russe d’envahir l’Ukraine le 24 février 2022, qui a entraîné une escalade meurtrière et des milliers de morts, réitérant notre condamnation des violations réciproques du cessez-le-feu prévues dans les accords de Minsk par les combattants russes et ukrainiens dans le Donbass avant l’escalade de Agression russe.
Nous condamnons l’étiquetage mutuel des parties au conflit en tant qu’ennemis et criminels de guerre à l’image des nazis, inséré dans la législation, renforcé par la propagande officielle d’une hostilité extrême et irréconciliable. Nous pensons que la loi doit construire la paix et non inciter à la guerre ; et l’histoire devrait nous donner des exemples de retour à une vie paisible, pas des excuses pour continuer la guerre. Nous insistons sur le fait que la responsabilité des crimes doit être établie par un organe judiciaire indépendant et compétent dans le cadre d’une procédure régulière, à la suite d’une enquête impartiale et impartiale, en particulier pour les crimes les plus graves, tels que le génocide. Nous soulignons que les conséquences tragiques de la brutalité militaire ne doivent pas être utilisées pour inciter à la haine et justifier de nouvelles atrocités, au contraire, de telles tragédies devraient refroidir l’esprit combatif et encourager une recherche persistante des moyens les plus exsangues de mettre fin à la guerre.
Nous condamnons les actions militaires des deux côtés, les hostilités qui nuisent aux civils. Nous insistons pour que tous les tirs cessent, que toutes les parties honorent la mémoire des personnes tuées et, après un chagrin dû, s’engagent calmement et honnêtement dans des pourparlers de paix.
Nous condamnons les déclarations du côté russe sur l’intention d’atteindre certains objectifs par des moyens militaires s’ils ne peuvent être atteints par des négociations.
Nous condamnons les déclarations du côté ukrainien selon lesquelles la poursuite des pourparlers de paix dépend de l’obtention des meilleures positions de négociation sur le champ de bataille.
Nous condamnons le refus des deux parties de cesser le feu pendant les pourparlers de paix.
Nous condamnons la pratique consistant à obliger des civils à effectuer leur service militaire, à accomplir des tâches militaires et à soutenir l’armée contre la volonté de personnes pacifiques en Russie et en Ukraine. Nous insistons sur le fait que de telles pratiques, en particulier pendant les hostilités, violent gravement le principe de distinction entre militaires et civils du droit international humanitaire. Toute forme de mépris du droit de l’homme à l’objection de conscience au service militaire est inacceptable.
Nous condamnons tout soutien militaire fourni par la Russie et les pays de l’OTAN aux militants radicaux en Ukraine, provoquant une nouvelle escalade du conflit militaire.
Nous appelons toutes les personnes éprises de paix en Ukraine et dans le monde à rester des personnes éprises de paix en toutes circonstances et à aider les autres à être des personnes éprises de paix, à collecter et à diffuser des connaissances sur un mode de vie pacifique et non violent, à dire aux vérité qui unit les gens épris de paix, pour résister au mal et à l’injustice sans violence, et démystifier les mythes sur la guerre nécessaire, bénéfique, inévitable et juste. Nous n’appelons à aucune action particulière maintenant pour garantir que les plans de paix ne seront pas ciblés par la haine et les attaques des militaristes, mais nous sommes convaincus que les pacifistes du monde ont une bonne imagination et une expérience de la réalisation pratique de leurs meilleurs rêves. Nos actions doivent être guidées par l’espoir d’un avenir pacifique et heureux, et non par la peur. Laissez notre travail de paix rapprocher l’avenir des rêves.
La guerre est un crime contre l’humanité. Par conséquent, nous sommes déterminés à ne soutenir aucune sorte de guerre et à nous efforcer d’éliminer toutes les causes de guerre.

#

Les pacifistes ukrainiens ont adopté la déclaration le 17 avril. Lors de la réunion, un plan de travail a été discuté concernant les activités anti-guerre en ligne et hors ligne, la défense de l’objection de conscience au service militaire, l’aide juridique pour les pacifistes et les civils épris de paix, le travail caritatif, la coopération avec d’autres ONG, l’éducation et la recherche sur la théorie et la pratique. de vie paisible et non violente. Ruslan Kotsaba a déclaré que les pacifistes sont sous pression aujourd’hui, mais que le mouvement pour la paix doit survivre et prospérer. Yurii Sheliazhenko a souligné que la prolongation obstinée de la guerre autour de nous exige des pacifistes qu’ils soient véridiques, transparents et tolérants, insistent pour ne pas avoir d’ennemis et se concentrent sur des activités à long terme, en particulier dans les domaines de l’information, de l’éducation et de la protection des droits de l’homme ; il a également fait état d’une plainte officielle déposée contre le garde-frontière de l’État pour dissimulation de violations du droit de l’homme à l’objection de conscience au service militaire. Ilya Ovcharenko a exprimé l’espoir que le travail éducatif aidera les Ukrainiens et les Russes à se rendre compte que leur sens de la vie n’a rien à voir avec le meurtre d’ennemis et le service militaire, et a recommandé de lire plusieurs livres du Mahatma Gandhi et de Léon Tolstoï.